Sylvie Guyomard - Artiste peintre sculpteur

Plasticienne et mosaïste, peintre et sculpteur, diplômée de l’École nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris en peinture et art mural, Sylvie Guyomard a l’art et la manière de sublimer les matières, avec toujours, pour fil conducteur, la nature et une quête perpétuelle de la lumière.

« Tout naît de la terre et de l’univers ».
Telle est la phrase qui pourrait résumer les sources d’inspiration de Sylvie Guyomard, dont les œuvres se révèlent d’une étonnante diversité, riches de curiosité et de raffinement.

Sylvie Guyomard a d’abord réalisé des mosaïques de marbre, puis créé des oeuvres en ardoise, en métal, en nacre, et c’est toujours avec une même émotion que l’artiste nous fait découvrir, à travers ses différentes matières, des paysages abstraits, des surfaces de contemplation où « le spectateur devenu acteur s’approprie l’œuvre selon son imagination ».

Après avoir longtemps été l’assistante du peintre et sculpteur Louis Cane, Sylvie Guyomard décide de lancer ses propres créations. Admirative de l’œuvre du peintre Pierre Soulages et de son travail de réflexion de la lumière sur les surfaces du noir, l’artiste choisi d’abord l’ardoise comme matière de prédilection. Cette matière minérale, qui va du gris clair jusqu’au noir pur a une maniabilité et une finesse permettant d’explorer la lumière comme troisième dimension et nous transporter dans des dimensions inattendues.
Dans ses œuvres, Sylvie Guyomard trouve sa source de création dans l’essence même de la terre, de la tectonique des plaques et de ses failles. Ses compositions, portées par un certain dépouillement évoquent tour à tour puissance et énergie, douceur et sérénité.
La poésie minérale de ce voyage imaginaire vise à extraire le mouvement perpétuel de la lumière au cœur même de la matière. « Je taille et je sculpte un à un les fragments d’ardoise pour créer des aspérités, des vibrations, des jeux de lumières. L’ardoise peut refléter ou résorber la lumière. Le moiré et les contrastes de noir font que la lumière devient alors matière.

Mais sa recherche ne s’arrête pas là. « Tout doucement, je suis passée de l’ardoise au métal, y cherchant des morceaux d’histoire. L’inscription du temps dans la matière me fascine », dit-elle. Elle récupère alors des tôles oxydées par le temps et la nature, des vieux fûts en métal, d’anciens camions militaires datant de la guerre. « Je m’intéresse au travail de la rouille qui décompose le métal et le transforme en dentelle fragile. Et je superpose les matières selon l’émotion qu’elles procurent ».

Grâce à son œuvre, Sylvie Guyomard est sollicitée par des architectes d’intérieur et des décorateurs pour réaliser, dans le monde entier, des pièces uniques et monumentales dans le cadre de chantiers de prestige.

Aujourd’hui, Sylvie Guyomard entre dans une nouvelle phase de création à travers la peinture, toujours avec cette même recherche des jeux de lumière. La peinture est une matière que l’artiste affectionne particulièrement car elle est au cœur de son apprentissage initial et lui permet, selon elle, de se ressourcer.

Repères :
– Diplômée de l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris, en peinture et art mural.
– Prix Bonnat au Salon des Artistes Français au Grand Palais, Paris.
– Médaille d’argent d’art mural au Salon des Artistes Français au Grand Palais, Paris.
– Lauréate du prix Peugeot en sculpture abstraite – 2011.
– Prix de la ville de Versailles – 2011.
– Prix Archiboom, Maison et Objet – Janvier 2012.

Affichage des produits 1–20 sur 38